Connect with us

Marketing

Arthur Sadoun, le maestro visionnaire de Publicis : Un voyage captivant à travers les sommets de la communication mondiale

Published

on

Le portrait d'Arthur Sadoun

Arthur Sadoun est le président du directoire de Publicis Groupe, le deuxième groupe mondial de communication, depuis juin 2017. Il succède à Maurice Lévy, qui a dirigé le groupe pendant trente ans et qui l’a choisi comme son dauphin. Qui est cet homme d’affaires français qui a gravi les échelons de la publicité en un temps record ? Quel est son parcours, sa vision, ses ambitions ?

Un début de carrière audacieux au Chili

Arthur Sadoun est né le 23 mai 1971 à Dourdan, dans l’Essonne. Il est issu d’une famille juive séfarade originaire d’Algérie. Il fait ses études à l’Ecole Alsacienne à Paris, puis à l’European Business School, dont il sort diplômé en 1992. A 21 ans, il décide de partir au Chili, où il crée sa propre agence de publicité, Z Group, qu’il revend quatre ans plus tard à BBDO Chile. Il reprend ensuite ses études et obtient un MBA à l’Insead en 1998.

Un repérage par Jean-Marie Dru chez TBWA

A sa sortie de l’Insead, Arthur Sadoun est repéré par Jean-Marie Dru, le patron de TBWA Worldwide, une des plus grandes agences de publicité au monde. Il devient directeur du planning stratégique international et du développement chez TBWA Paris, puis directeur général et président. Il y travaille notamment pour des clients comme Absolut Vodka, Adidas ou McDonald’s.

Voici une vidéo présentant ce visionnaire :

Un recrutement par Maurice Lévy chez Publicis

En 2006, Arthur Sadoun est débauché par Maurice Lévy, le PDG de Publicis Groupe, qui lui propose de prendre la présidence de Publicis Conseil, l’agence historique du groupe. Il accepte le défi et réussit à redresser les comptes de l’agence, tout en gagnant la confiance de Maurice Lévy, qui voit en lui son successeur potentiel. Il devient ensuite président de Publicis France en 2009, directeur général adjoint de Publicis Groupe en charge de Publicis Worldwide en 2013, puis président de Publicis Worldwide en 2016.

Une ascension fulgurante à la tête de Publicis Groupe

En janvier 2017, Maurice Lévy annonce qu’il va quitter la présidence du directoire de Publicis Groupe en juin et qu’il a choisi Arthur Sadoun pour lui succéder. A 45 ans, Arthur Sadoun devient ainsi le troisième patron du groupe depuis sa création en 1926, après Marcel Bleustein-Blanchet et Maurice Lévy. Il hérite d’un groupe présent dans plus de 100 pays, avec plus de 80 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards d’euros.

Arthur Sadoun a pour mission principale de relancer la croissance du groupe, qui a souffert ces dernières années de la concurrence des géants du numérique comme Google ou Facebook. Il doit aussi poursuivre la transformation digitale du groupe, initiée par Maurice Lévy avec des acquisitions comme Sapient ou Epsilon. Il doit enfin renforcer la cohésion et la collaboration entre les différentes entités du groupe, qui regroupe des marques comme Leo Burnett, Saatchi & Saatchi ou Starcom.

Un leader visionnaire et charismatique

Arthur Sadoun est décrit comme un leader visionnaire et charismatique, doté d’un sens aigu du commerce et d’une grande capacité d’écoute. Il est réputé pour être proche de ses équipes et de ses clients, qu’il fidélise avec des campagnes populaires et innovantes. Il a notamment travaillé pour des marques comme Renault, L’Oréal, Orange ou Heineken.

Arthur Sadoun est aussi un homme engagé dans des causes sociales et environnementales. Il est membre du conseil d’administration de l’ONG Care France et soutient des initiatives comme The Lion’s Share Fund ou The Common Ground Alliance. Il est également impliqué dans la promotion de la diversité et de l’égalité au sein du groupe Publicis.

Arthur Sadoun est marié à Anne-Sophie Lapix, journaliste et présentatrice du journal de 20 heures sur France 2. Il est père de trois enfants. Il est passionné de sport, notamment de football et de tennis.

Arthur Sadoun est sans doute l’un des hommes d’affaires français les plus influents et les plus respectés du monde de la communication. Il incarne l’avenir de Publicis Groupe, qu’il veut faire rayonner sur la scène internationale avec une vision ambitieuse et responsable.

Continue Reading

Marketing

L’IA au service de la relation client : comment les chatbots révolutionnent l’expérience d’achat

Published

on

Chatbot dans le marketing digital

Dans l’ère du numérique, l’expérience client est devenue un enjeu crucial pour les entreprises. La concurrence s’intensifie, les attentes des consommateurs évoluent, et il est devenu indispensable de se démarquer par un service client irréprochable.

En ce sens, l’intelligence artificielle et les chatbots s’imposent comme des outils révolutionnaires pour transformer la relation client et offrir une expérience d’achat exceptionnelle.

Plongeons ensemble dans l’univers des chatbots et découvrons comment ils bouleversent le paysage du service client.

Chatbots : des assistants virtuels au service de vos clients

Imaginez un assistant personnel disponible 24h/24 et 7j/7, capable de répondre instantanément aux questions de vos clients, de les guider dans leurs achats et de résoudre leurs problèmes avec efficacité.

Voici une vidéo relatant ces faits :

C’est la promesse des chatbots, ces agents conversationnels virtuels dotés d’IA qui interagissent avec les clients de manière naturelle et personnalisée.

Intégrés aux sites web, aux applications mobiles ou aux messageries instantanées, les chatbots offrent aux clients une expérience d’achat fluide et conviviale.

Leurs fonctionnalités sont multiples :

  • Répondre aux questions fréquemment posées (FAQ) : les chatbots peuvent fournir des informations sur les produits, les services, les commandes et les livraisons, réduisant ainsi le nombre de sollicitations adressées aux agents humains.
  • Guider les clients dans leurs achats : les chatbots peuvent aider les clients à trouver les produits qu’ils recherchent, à comparer les options disponibles et à finaliser leurs achats, optimisant ainsi le processus de conversion.
  • Résoudre les problèmes techniques et les réclamations : les chatbots peuvent fournir une assistance de premier niveau pour les problèmes courants, tels que les problèmes de connexion, les retours de produits et les demandes de remboursement, soulageant ainsi les équipes de service client.
  • Personnaliser l’expérience client : les chatbots peuvent collecter des informations sur les préférences des clients et utiliser ces données pour offrir des recommandations personnalisées, des offres promotionnelles ciblées et un support individualisé.

Avantages des chatbots pour les entreprises et les clients

L’adoption des chatbots par les entreprises présente de nombreux avantages :

  • Amélioration de la satisfaction client : les chatbots offrent une assistance immédiate et accessible, ce qui contribue à améliorer la satisfaction et la fidélité des clients.
  • Réduction des coûts : les chatbots automatisent des tâches répétitives, ce qui permet de réduire les coûts opérationnels liés au service client.
  • Augmentation des ventes : les chatbots peuvent guider les clients vers les produits qui les intéressent et les aider à finaliser leurs achats, ce qui peut entraîner une augmentation des ventes.
  • Collecte de données précieuses : les interactions avec les chatbots génèrent des données précieuses sur les préférences et les comportements des clients, qui peuvent être utilisées pour améliorer les produits, les services et l’expérience client globale.

Pour les clients, les chatbots offrent également des avantages considérables :

  • Accessibilité 24h/24 et 7j/7 : les chatbots sont disponibles à tout moment, ce qui permet aux clients d’obtenir de l’aide quand ils en ont besoin, quel que soit leur fuseau horaire.
  • Support instantané : les chatbots répondent aux questions et résolvent les problèmes rapidement, sans que les clients aient à attendre en ligne ou à passer par de longues procédures.
  • Expérience personnalisée : les chatbots offrent une expérience d’achat personnalisée, en tenant compte des préférences et des besoins individuels de chaque client.

Exemples concrets de chatbots révolutionnaires

De nombreuses entreprises ont déjà adopté les chatbots avec succès pour transformer leur service client.

Sephora utilise des chatbots pour offrir des conseils beauté personnalisés et des recommandations de produits à ses clients.

La SNCF utilise des chatbots pour répondre aux questions sur les horaires de train, les billets et les réservations.

Pizza Hut utilise des chatbots pour permettre aux clients de commander des pizzas en ligne et de suivre leur commande en temps réel.

Ces exemples illustrent la diversité des applications des chatbots dans le domaine de la relation client.

L’IA et les chatbots : vers une révolution durable du service client

Les chatbots, dopés à l’IA, ne sont qu’à leurs débuts, mais leur impact sur la relation client est déjà indéniable.

En offrant une assistance immédiate, personnalisée et accessible, ils améliorent la satisfaction des clients, réduisent les coûts pour les entreprises et stimulent les ventes.

Alors que l’IA continue d’évoluer, les chatbots deviendront encore plus sophistiqués, capables de comprendre des requêtes complexes, d’offrir des expériences émotionnellement intelligentes et même d’anticiper les besoins des clients.

Pour les entreprises qui souhaitent rester à la pointe du progrès et offrir une expérience client exceptionnelle, l’adoption des chatbots est une étape indispensable.

Ceux qui sauront saisir cette opportunité seront bien placés pour prospérer dans l’ère du numérique, où la relation client est au cœur de la réussite.

Continue Reading

Actualités

Yassine Yakouti : le droit et le marketing, une interaction complexe et stratégique

Published

on

Le droit et le marketing, selon Yassine Yakouti

Le droit et le marketing sont deux domaines qui peuvent sembler éloignés, mais qui sont en réalité étroitement liés. En effet, le marketing vise à promouvoir un produit ou un service auprès des consommateurs, tandis que le droit encadre les pratiques commerciales et protège les droits des parties prenantes, note Yassine Yakouti. Ainsi, le droit et le marketing sont une interaction complexe et stratégique, qui nécessite de connaître les règles juridiques applicables et les techniques marketing adaptées.

Yassine Yakouti : Le Droit comme cadre réglementaire du Marketing

Le marketing est une technique visant à optimiser les services, offres de biens, idées ou design d’un produit par rapport aux attitudes, motivations, besoins ou envies des consommateurs. Il implique souvent de recourir à des stratégies publicitaires innovantes, telles que le marketing d’influence, qui consiste à utiliser le potentiel de recommandation des influenceurs sur les réseaux sociaux pour faire la promotion d’un produit ou d’un service. Toutefois, le marketing n’est pas une activité libre de toute contrainte juridique. Il doit respecter un cadre réglementaire qui vise à protéger les intérêts des consommateurs, des concurrents et des titulaires de droits de propriété intellectuelle.

Voici une vidéo expliquant le droit du marketing :

Le cadre réglementaire du marketing repose sur plusieurs sources de droit, notamment le code de la consommation, la loi pour la confiance dans l’économie numérique, la loi pour une République numérique et les recommandations de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité, indique Yassine Yakouti. Ces normes juridiques imposent aux professionnels du marketing de respecter des principes tels que la loyauté, la transparence, le consentement et la proportionnalité dans leurs pratiques.

Elles visent également à prévenir et à sanctionner les pratiques déloyales ou trompeuses, telles que la publicité mensongère, la concurrence déloyale, le parasitisme ou la contrefaçon. Ainsi, le marketing doit être conçu et mis en œuvre en tenant compte des droits et des obligations qui découlent du droit de la concurrence, du droit de la consommation et du droit de la propriété intellectuelle.

Le Droit comme outil stratégique du Marketing

Le marketing stratégique consiste à analyser le marché et à définir le positionnement de l’entreprise en fonction des opportunités et des menaces qui s’y présentent. Le Droit est un élément essentiel du marketing stratégique, car il permet aux acteurs du marketing de se distinguer, de se protéger et de convaincre leurs clients, explique Yassine Yakouti.

Le Droit comme levier de différenciation

Le Droit permet aux acteurs du marketing de créer et de valoriser leur identité de marque, en utilisant des éléments juridiques tels que les marques, les brevets, les labels ou les slogans. Ces éléments contribuent à renforcer la notoriété, la réputation et la fidélité des consommateurs envers la marque. Ils permettent également de se différencier des concurrents en proposant une offre unique et innovante.

Le Droit comme levier de protection

Le Droit permet aux acteurs du marketing de sécuriser leur activité et de prévenir les risques juridiques liés au marché. Le Droit offre des outils de défense contre la concurrence déloyale, la contrefaçon, la violation des droits d’auteur ou la diffamation. Il permet aussi de respecter les obligations légales en matière de protection des données personnelles, de droit du travail ou de droit de la consommation, note Yassine Yakouti.

Le Droit comme levier de persuasion

Le Droit permet aux acteurs du marketing d’influencer le comportement des consommateurs en utilisant des arguments juridiques dans leur communication. Le Droit peut servir à rassurer, à séduire ou à inciter les clients à acheter un produit ou un service. Par exemple, le Droit peut mettre en avant les garanties légales, les labels de qualité, les certifications ou les témoignages.

Yassine Yakouti : Le Marketing comme source d’innovation juridique

Le Marketing, en tant que discipline qui vise à créer de la valeur pour les clients et les entreprises, peut être à l’origine de nouveaux besoins ou de nouvelles pratiques qui nécessitent une adaptation ou une évolution du Droit, note Yassine Yakouti. C’est le cas notamment avec le marketing digital, le marketing éthique et le marketing relationnel.

Le marketing digital désigne l’ensemble des techniques et des outils utilisés pour promouvoir des produits ou des services sur Internet et les réseaux sociaux. Il implique des enjeux juridiques importants, tels que la protection des données personnelles, le respect du droit d’auteur, la régulation de la publicité en ligne ou encore la lutte contre la cybercriminalité. Les professionnels du marketing doivent donc se tenir informés des évolutions législatives et jurisprudentielles dans ces domaines, afin de respecter les obligations légales et de prévenir les risques de contentieux.

Le marketing éthique est une démarche qui consiste à intégrer des principes moraux dans la conception et la diffusion des offres marketing. Il vise à répondre aux attentes des consommateurs en matière de responsabilité sociale et environnementale, mais aussi à se différencier de la concurrence et à renforcer l’image de marque, indique Yassine Yakouti. Le marketing éthique pose des questions juridiques relatives à la loyauté, à la transparence et à la véracité des informations communiquées aux clients. Il implique également de respecter les normes et les labels qui garantissent la qualité et l’origine des produits ou des services.

Le marketing relationnel est une stratégie qui consiste à fidéliser les clients en développant une relation durable et personnalisée avec eux. Il repose sur l’utilisation de bases de données, de programmes de fidélité, de newsletters ou encore de réseaux sociaux. Le marketing relationnel soulève des problématiques juridiques liées au consentement, à la confidentialité et au droit d’accès, de rectification et d’opposition des clients aux données qui les concernent. Il nécessite également de respecter les règles déontologiques et les bonnes pratiques du secteur.

Continue Reading

Marketing

Michele Tecchia : Découvrez L’AARRR pour développer votre entreprise à Monaco

Published

on

Vous êtes un entrepreneur et vous souhaitez développer votre affaire ? Votre boutique en ligne ne rencontre pas le succès escompté ? Il est peut-être temps d’adopter une stratégie marketing efficace. Saviez-vous que de nombreuses applications ou sites mobiles utilisent la matrice AARRR ? Le terme ne vous semble pas familier ? Il s’agit de l’acronyme de Acquisition, Activation, Rétention, Referral et Revenu. Michele Tecchia va vous détailler le framework AARRR dans cet article. 

Michele Tecchia : Le Growth Hacking : de quoi s’agit-il ?

Vous avez sûrement entendu parler de ce terme dans un article portant sur le marketing. Les experts en growth hacking se désignent eux-mêmes comme ceux qui ont révolutionné le marketing. Pourtant, selon les experts, ils n’ont pas inventé des stratégies révolutionnaires. Ils ont juste utilisé des techniques marketing efficaces.

Un growth hacker étudie le produit, le comportement des clients, la réaction sur les sites web. Il s’agit d’une analyse marketing classique, mais qui adopte une autre forme grâce à la présence des réseaux sociaux. Les consommateurs peuvent désormais participer directement.

Le growth hacking est utilisé pour la première fois dans la Silicon Valley où les startups naissent chaque jour. Dans cet environnement, une croissance rapide est nécessaire pour survivre face à la concurrence.

Actuellement, les marketeurs doivent maitriser les technologies de l’information et les outils de communication. Ils doivent également avoir une grande créativité. Dans ce contexte, des startups comme AirBnB et DropBox ont su se démarquer grâce au growth hacking. Parmi les techniques utilisés par des milliers de sociétés, figure l’AARRR. À Monaco, il y a également les nouvelles startups à l’instar d’InnoDeep, dans le secteur médical.

Michele Tecchia : En quoi consiste l’AARRR ?

AARRR est un framework qui se décline en cinq étapes à savoir l’acquisition, l’activation, la rétention, le referral et les revenus. Ces étapes représentent le cycle de vie d’une entreprise. Le concept a été créé par Dave McClure, un expert en marketing et fondateur de 500 startups.

L’objectif de l’AARRR est clair, obtenir une croissance rapide et durable de son entreprise. En tant qu’outil de Growth Hacking, il repose sur trois piliers que vous pouvez voir à travers les étapes.

– La créativité représente le pilier majeur du Growth Hacking. Pour se démarquer de la concurrence, votre objectif consiste à apporter un regard neuf sur des sujets d’actualités. Grâce à la création de contenu avant-gardiste, vous pourrez vous installer durablement sur le marché.

– L’analyse et l’expérimentation consistent à étudier les actions qui ont déjà été utilisées et qui ont fonctionné sur le web. Vous pouvez analyser l’expérience client, l’impact sur les médias sociaux ou les retombées presse.

– Le dernier pilier est l’optimisation de votre présence sur le web. Il est impossible de faire l’impasse sur les pratiques SEO afin d’avoir une bonne visibilité.

Michele Tecchia : Voici les 5 étapes de l’AARRR :

L’objectif de la mise en place de l’AARRR consiste à convertir les leads en vente. Pour atteindre cet objectif, vous devez passer par les étapes suivantes :

L’acquisition

Dans cette première étape, vous devez accumuler le maximum de leads qualifiés que vous soyez en France ou à Monaco. Cette méthode vous permet d’optimiser le taux de conversion des leads en client. Pour mettre en place cette stratégie d’acquisition, il est important de définir les canaux de diffusion selon plusieurs critères. Quel canal coûte le moins cher en termes d’acquisition ? Quel canal vous apporte le plus grand volume de trafic ? Quel canal enregistre le meilleur taux de conversion ?

L’activation

Dans cette seconde étape, vous devez mettre en place les stratégies afin de convertir les leads fraichement acquis. Les experts en marketing recommandent l’utilisation du retargeting. Pour optimiser le taux d’engagement de chaque prospect, vous pouvez mettre en place la méthode de l’A/B testing.

La rétention

Elle se traduit par la fidélisation des clients convertis. Vous devez proposer des contenus pertinents afin de retenir leur attention. Vous pouvez leur envoyer des mails sur des offres promotionnelles ou de nouvelles offres développées par l’entreprise.

La référence

Referral se traduit par « recommandation » en français. La recommandation des clients représente une part importante de votre ROI. Pour cela, vous devez miser sur la satisfaction des clients. Des clients satisfaits recommandent les services de votre entreprise à leur entourage.

Les revenus

À quoi bon acquérir et retenir les clients si votre chiffre d’affaires se trouve au point mort ? La dernière étape de l’AARRR consiste à générer des revenus rapidement. Pour cela, vous devez proposer régulièrement des promotions, ajuster certaines offres afin de convenir à vos cibles, encourager les clients à acheter d’autres produits de votre gamme.

Michele Tecchia : Comment développer son business en ligne à Monaco grâce à l’AARRR ?

Pourquoi l’AARRR est-il devenu incontournable pour le business en ligne ? Le nombre de personnes connectées augmente chaque jour. L’émergence des terminaux mobiles et des réseaux sociaux participe grandement à ce phénomène. Dans ce contexte, votre entreprise doit adapter sa stratégie marketing. Elle doit considérer ces nouvelles technologies de communications comme une opportunité et non une menace.

En dix ans, Internet s’est exporté sur les mobiles. Certes, les achats via un ordinateur représentent toujours une part de marché importante. Cependant, les consommateurs achètent désormais via une application mobile. Ce nouveau modèle de consommation implique d’adopter un nouveau framework de Growth Marketing, à savoir l’AARRR.

Comment mettre en place votre AARRR ?

Pour mettre en place votre stratégie AARRR, il est important de définir des KPIs. Comme vous l’avez remarqué, l’AARRR n’évoque pas implicitement les indicateurs de mesure de la performance. Pourtant, vous avez besoin de ces KPIs afin de quantifier votre démarche et d’effectuer des ajustements si nécessaire.

Pour cela, vous devez choisir des KPIs qui sont mesurables et qui sont accessibles régulièrement. Un KPI doit être un objectif atteignable pour votre entreprise tout en ayant un impact non négligeable. La mise en place d’un KPI vous permet également d’estimer les coûts de conversion à chaque étape de votre stratégie AARRR. Avant de mettre en place le framework AARRR, vous devez connaitre les KPIs à utiliser. Ces derniers doivent correspondre à votre activité et doivent susciter la motivation chez vos employés.

Le taux de conversion : un exemple de KPI

Dans le domaine du business en ligne, le KPI le plus courant est le taux de conversion. Cet indicateur est facile à utiliser et facile à interpréter. Vous pouvez le mesurer régulièrement. Le taux de conversion équivaut au pourcentage de visiteurs de votre site qui sont passés à l’achat. Cet indicateur est révélateur des efforts marketing mis en place.

À titre d’exemple, 1000 visiteurs sont passés sur votre boutique en ligne ce mois et 10 d’entre eux uniquement ont converti leur visite en achat. Votre taux de conversion sera donc 10/1000 ce qui équivaut à 1 %.

Pour compléter le taux de conversion, vous pouvez utiliser d’autres indicateurs comme le taux d’ouverture ou le taux de clic.

Plus d’infos sur Michele Tecchia Growthh hacker à Monaco : https://www.linkedin.com/in/michele-tecchia-monaco/https://medium.com/@Michele_Tecchia/abouthttps://about.me/michele.tecchia

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.