Connect with us

Actualités

Cedric Gavel, un homme d’acier

Published

on

L'usine sidérurgique de Cedric Gavel dans le nord de la France

Ingénieur électrique hors pair, Cedric Gavel est à la tête de nombreux projets depuis quelques années. Il travaille pour le compte des plus grandes firmes européennes comme la société ArcelorMittal et le groupe Akka Technologie. Il inspire pour ses exploits. Le point sur son parcours personnel et professionnel.

Une carrière de chef de projet

Cedric Gavel occupe le poste de chef de projet au sein d’ArcelorMittal. Il fait partie du département des « Études et Travaux Neufs ». Il dirige une équipe d’une quinzaine de consultants, dont certains sont des travailleurs externes à son entreprise. Il travaille sur des projets électriques et pluridisciplinaires. Il intervient dans les secteurs de l’automatisme, du génie civil mécanique et électrique.

Parmi ses réalisations figure l’écriture de spécifications techniques dans le cadre de la construction d’une dalle en béton technique capable de supporter des engins lourds. Pour cela, il collabore avec des fournisseurs de matériaux connus dans leur secteur comme Eiffage Route, Colas, Eurovia et Eiffage GC.

En tant que chef de projet, il prend part à l’établissement du budget dédié aux projets qui lui sont confiés. Il met en place la meilleure stratégie pour obtenir le maximum de financement auprès de la direction. Il se rapproche des partenaires spécialisés comme les pilotes exploitants pour atteindre son objectif.

Sa mission chez Allen Bradley pour la refonte d’un programme automate semble l’avoir préparé à sa carrière. Entre juin et août 1999, le projet l’embauche pour diriger ses activités.

Cedric Gavel : Des capacités managériales

En avril 2011, l’expert est nommé à la tête de l’unité affinage comme Manager Opérationnel de Maintenance. Il garde ce statut jusqu’en octobre 2015, ce qui lui a permis de développer ses capacités managériales. Il gère et organise les travaux de maintenance électromécanique en mettant en place et en appliquant des stratégies adaptées. Il participe au développement des solutions les plus efficaces pour garantir les performances des machines et de son équipe. Il propose à ses collaborateurs les expériences indispensables à l’amélioration de leurs compétences.

Il gère la maintenance postée et programme les arrêts briquetages. Il prévoit jusqu’à 7 arrêts mensuels. Il contribue aux audits de sécurité. En tant que manager opérationnel de maintenance de l’unité d’affinage, il gère une équipe de 19 techniciens, dont des mécaniciens et des électriciens.

Avant de monter en échelon et de devenir Manager, Cédric Gavel est passé par le poste de Responsable de Maintenance électrique des zones des convertisseurs et de la métallurgie secondaire. Ces dernières font partie de l’aciérie de la société ArcelorMittal. Il intègre ce poste en septembre 2006. Ses attributions sont de gérer la maintenance électrique et de développer des solutions pour fiabiliser la zone métal liquide. Durant cette période, son équipe se compose de 18 techniciens, dont des automaticiens de jour et des électriciens. Loin de l’économie des Bitcoins, Cédric Gavel est ancré dans l’acier.

Le tremplin

L’expérience de Gavel chez AKKA Ingénierie Process est le tremplin qui lui a permis de développer sa carrière. Il s’agit d’un client d’ArcelorMittal. Technicien, il assure la fonction de chargé d’affaires de cette entreprise d’août 2005 à août 2006. Sa principale mission est d’assister à la maîtrise d’œuvre du projet de couplage de la ligne de décapage qui nécessite le laminoir à 5 cages. Il participe également à l’écriture des spécifications techniques et à la consultation.

Dans son rôle, il prend en charge la création du réseau Profibus. Le développement des sorties déportées et des racks d’entrées comptent aussi parmi ses attributions. Il monte les plans électriques de la « mise en parallèle » et mène de nombreuses études pour leur montage. Il effectue le même travail pour le projet de refonte de la gestion des arrêts d’urgence. Enfin, Gavel dirige les essais électriques lors du démarrage des arrêts d’urgence.

Cedric Gavel : Des expériences enrichissantes

Le chemin de Gavel est tracé depuis le début de sa carrière professionnel. De septembre 1999 à juillet 2002, le groupe Baron Industrie le recrute comme Ingénieur d’affaires pour sa filiale INFAUTELEC. À la même époque, il est également intégrateur automatisme, supervision et électricité industrielle. Il dirige des projets axés principalement sur l’automatisme et l’électricité.

L’ingénieur assure le bon fonctionnement des matériels dès leur prise en main. Son entreprise utilise des démarreurs et des variateurs Allen Bradley et Télémécanique ainsi que des automates Allen Bradley et Siemens S7. La programmation des arrêts annuels est également de son ressort. Il prend en charge la coordination des travaux électriques de Norampac Avot vallée (Blendecques) qui s’y rapportent. Gavel est à la tête des études et la coordination des opérations de montage d’armoires électriques. Ce projet entre dans le cadre de l’accès aux ferries au port de Calais.

D’août 2002 à juillet 2005, il change de filiale sans changer de Groupe. Nord Littoral Ingenierie le recrute pour devenir consultant en ingénierie électrique. Il travaille sur les budgets et la faisabilité des projets. La filiale du Groupe Baron Industrie lui affecte des tâches techniques comme le choix des matériels électriques et l’établissement des cahiers des charges de consultation. Il contrôle les travaux et assure leur réception au nom du client.

Une passion secrète pour les abeilles, la photographie et l’actualité politique

Gavel revêt ses habits d’apiculteur lors de ses jours de congés. Il se passionne pour l’apiculture en plus de l’électricité. Il élève des abeilles noires et dispose de 4 ruches. Autodidacte, il apprend ce métier en consacrant une demi-journée par mois à la lecture d’ouvrages spécialisés. Il renforce ses compétences pratiques en suivant des cours au lycée horticole de Leffrinckoucke. Son but est d’obtenir des conseils de la part de professionnels pour être opérationnel dès le départ.

Le technicien a également un faible pour la photographie. Il s’y adonne dès qu’il a du temps libre pour s’amuser. Enfin, il suit les actualités de près et s’intéresse notamment à la guerre en Ukraine. Il accorde une importance particulière à l’accueil des réfugiés.

D’ailleurs, la société ArcelorMittal pour laquelle il travaille a accepté d’héberger ses collaborateurs ukrainiens en fuite dans ses locaux. Il déplore son incapacité de recevoir une famille. Ainsi, il participe aux actions menées par son entreprise en faisant des dons aux enfants. Ces dernières entrent dans le cadre d’une collaboration avec l’Unicef.

Plus d’informations sur Cedric Gavel : https://copainsdavant.linternaute.com/p/cedric-gavel-20934992

Continue Reading

Actualités

Les plus grandes découvertes de pétrole et de gaz en Afrique

Published

on

By

Jean-Pierre Valentini sur la production de pétrole en Afrique

Pour de nombreux pays en développement, l’accès à des sources d’énergie fiables est essentiel pour réduire les niveaux de pauvreté, améliorer les conditions de vie et soutenir la croissance économique. L’Afrique étant la dernière frontière mondiale pour l’exploration des hydrocarbures, le pétrole et le gaz sont devenus des produits de base de plus en plus importants sur le continent.

Ces dernières années, d’importantes découvertes de réserves de pétrole et de gaz ont été faites dans toute l’Afrique, ce qui pourrait potentiellement révolutionner le paysage énergétique du continent. L’Afrique compte de nombreux producteurs de pétrole. Et de grandes entreprises internationales sont fortement présentes sur le continent. Jean-Pierre Valentini, un véritable expert dans le secteur pétrolier, explique en outre tout le potentiel de ce continent.

Du Ghana au Mozambique, les nations d’Afrique de l’Est intensifient leur recherche de ressources naturelles, car leurs découvertes potentielles pourraient conduire à des percées économiques majeures. Cet article explorera certaines des plus grandes découvertes de pétrole et de gaz faites en Afrique au cours de l’année écoulée et la manière dont elles pourraient façonner l’avenir énergétique du continent.

Voici une vidéo présentant l’organisation des producteurs de pétrole en Afrique :

Eni fait une importante découverte de pétrole au large de l’Angola

La découverte de pétrole faite par le géant pétrolier italien, Eni, le 6 avril dans le bloc 15/06 en eaux profondes au large de l’Angola a été décrite comme pouvant potentiellement changer la donne pour le pays. À 500 m dans la perspective d’exploration Cuica au sein de la zone de développement Cabaҫa, la découverte pourrait contenir entre 200 et 250 millions de barils de pétrole et marque la deuxième découverte importante dans la zone récemment.

Jean-Pierre Valentini sur la production de pétrole en Afrique
Source : Pixabay.

Cette nouvelle découverte renforce la position de l’Angola en tant que deuxième producteur de pétrole subsaharien en Afrique et devrait avoir un impact positif sur l’économie du pays.

Les analystes estiment que malgré la perturbation économique mondiale causée par le COVID-19, la découverte opportune d’Eni servira à compenser certains des effets provoqués par la pandémie. Bien qu’il puisse s’écouler quelques années avant que la production puisse commencer, ce réservoir nouvellement découvert a déjà incité d’autres entreprises énergétiques à reprendre leurs activités et à investir dans les combustibles fossiles africains.

En fait, deux jours seulement après l’annonce de cette découverte, Total a signé un accord avec BP pour acquérir des intérêts dans deux blocs d’eau profonde angolais couvrant une superficie d’environ 2000 kilomètres carrés. Avec la récente découverte d’Eni et d’autres perspectives prometteuses au large de l’Angola, il semble que les entreprises internationales investissent à nouveau massivement dans le potentiel d’hydrocarbures de l’Afrique.

L’Afrique de l’Ouest repositionnée en tant que plaque tournante des hydrocarbures

Le Ghana a été repositionné en tant que plaque tournante des hydrocarbures au troisième trimestre de 2020, suite à une découverte de pétrole offshore faite par la multinationale pétrolière et gazière Eni dans le bloc 4 du CTP. Le puits Eban-1X et le complexe qui l’entoure se sont avérés contenir entre 500 et 700 millions de barils d’équivalent pétrole, situés à 50 km au large des côtes du pays d’Afrique de l’Ouest et à 8 km au nord-ouest de la plate-forme Sankofa. Foré à une profondeur d’eau de 545 m, le puits a atteint une profondeur totale de 4 179 m. Les données des tests de production suggèrent qu’il pourrait produire jusqu’à 5 000 barils par jour.

La production de pétrole en Afrique selon Jean-Pierre Valentini
Source : Pixabay.

Dans le prolongement de cette découverte importante pour le Ghana, l’Afrique de l’Ouest est appelée à se repositionner davantage comme une zone attrayante pour les investissements dans les hydrocarbures. D’autres pays, tels que le Nigeria, n’ont pas tardé à profiter de ce potentiel en raison de leur relation de longue date avec Eni en termes d’activité en amont, ils ont récemment signé de nouveaux accords pour neuf licences de production offshore, le plus notable étant un accord de coentreprise avec Chevron Global Energy Inc.

Le repositionnement de l’Afrique de l’Ouest arrive à un moment opportun pour les multinationales, car la demande d’énergie continue de dépasser l’offre dans de nombreuses régions du continent, en grande partie à cause d’infrastructures inadéquates, d’un accès limité et d’un manque de ressources disponibles telles que les capacités financières ou technologiques. Pour remédier à ce déséquilibre, il est probable que d’autres explorations soient nécessaires – rendant l’Afrique de l’Ouest à nouveau intéressante au niveau régional, en particulier si des découvertes similaires à celles faites par Eni se poursuivent tout au long du troisième trimestre et au-delà.

Eni revendique les réserves de pétrole et de gaz de l’Afrique

En octobre, la major italienne du pétrole et du gaz Eni a fait trois nouvelles découvertes dans la région du désert occidental de l’Égypte, avec des réserves totales estimées à environ 50 millions de barils d’équivalent pétrole. Les découvertes ont été faites dans deux concessions, Meleiha et Southwest Meleiha, toutes deux situées dans la même région. Les tests préliminaires sur les premiers puits ont indiqué un taux de production stable allant jusqu’à 2 500 barils par jour (bpj) de pétrole brut, de gaz naturel et de condensat.

Les producteurs de pétrole en Afrique pour Jean-Pierre Valentini
Source : Pixabay.

La nouvelle a été accueillie favorablement par le gouvernement égyptien qui espère que cette découverte pourra l’aider à maintenir son statut de l’un des cinq premiers pays pour les réserves prouvées de pétrole brut en Afrique. Elle marque également une étape importante pour Eni qui cherche à devenir un acteur majeur sur le marché africain du pétrole et du gaz. Cette décision fait suite à l’acquisition, plus tôt cette année, des opérations africaines d’Anadarko Petroleum, ce qui en fait l’un des plus grands opérateurs internationaux sur le continent.

Continue Reading

Actualités

Jean-Pierre Valentini : “Les cinq plus grands gazoducs d’Afrique”

Jean-Pierre Valentini : “Le pipeline d’Afrique de l’Est sera le plus grand oléoduc chauffé du monde au cœur de l’Afrique”

Published

on

By

Les pipelines d'afrique pat Jean-Pierre Valentini

“Grâce aux changements réglementaires progressifs et à la demande internationale d’énergie en constante augmentation, estime l’expert du pétrole Jean-Pierre Valentini, les pays africains producteurs de pétrole et de gaz ont désormais la possibilité d’entrer dans une nouvelle ère de prospérité sur le marché mondial de l’énergie.

Avec des réserves de pétrole et de gaz représentant respectivement environ 7,5 % et 7,1 % des réserves mondiales, le continent africain dispose d’énormes possibilités grâce à la distribution nationale et internationale de ses ressources naturelles. Le point avec Jean-Pierre Valentini.

Grâce aux oléoducs et gazoducs qui relient les ressources du continent à une base de consommateurs diversifiée et croissante, l’Afrique est en mesure de combler le déficit d’approvisionnement en gaz naturel de l’Europe tout en fournissant une énergie fiable aux marchés nationaux. Situées stratégiquement et conçues pour tirer parti des opportunités actuelles du marché, les infrastructures d’oléoducs et de gazoducs en Afrique gagnent du terrain dans la quête d’une croissance inclusive et d’une sécurité énergétique durable.

Jean-Pierre Valentini : “Le pipeline d’Afrique de l’Est sera le plus grand oléoduc chauffé du monde au cœur de l’Afrique”

Appelé à devenir le plus long oléoduc chauffé du monde après son achèvement en 2025, l’East African Pipeline (EACOP) – avec ses 1 443 km – transportera du pétrole de Hoima, dans l’ouest de l’Ouganda, à la ville portuaire de Tanga, en Tanzanie. “Le projet, explique Jean-Pierre Valentini, consiste à extraire du pétrole des champs Kingfisher et Tilenga, exploités respectivement par China National Offshore Oil Corporation et TotalEnergies”. Le pétrole extrait sera raffiné en Ouganda pour la consommation locale et exporté vers le marché international via l’EACOP, qui devrait avoir une capacité d’exportation de 216 000 barils de pétrole par jour. Le projet est signé par la société française Total, en partenariat avec la China National Offshore Oil Corporation.

Jean-Pierre Valentini : “Total met 20 milliards dans les tuyaux !”

Deux gisements de pétrole, récemment découverts sur les rives du lac Albert, à la frontière entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo, figurent actuellement parmi les réserves les plus importantes et les moins chères du marché. On pense qu’ils contiennent du pétrole brut pour remplir environ six milliards de barils, soit près de la moitié de la taille du champ pétrolifère de Prudhoe Bay en Alaska.

Les travaux ont commencé sur les champs pétroliers de Kingfisher et de Tilenga, où la China National Offshore Oil Corporation et le géant français Total prévoient de forer 500 puits. Le consortium a déjà dépensé environ quatre milliards de dollars en infrastructures, après s’être approprié des terres des communautés locales, en payant une faible compensation.

Toutefois, les puits ont encore besoin d’un oléoduc pour acheminer le pétrole vers le monde extérieur. Pour cela, explique Jean-Pierre Valentini, “les entreprises prévoient de construire un pipeline chauffé, le plus long du monde”. L’oléoduc transportera 216 000 barils de pétrole brut par jour et devra être chauffé à 50 degrés, car le pétrole est pauvre en soufre et, sinon, il se solidifiera dans les tuyaux. Les ONG estiment que l’empreinte carbone du pétrole, une fois brûlé, sera à peu près celle du Danemark, et que des milliers d’agriculteurs perdront leurs terres.

Jean-Pierre Valentini : “Le gazoduc nigérian Ajaokuta-Kaduna-Kano augmentera l’approvisionnement en électricité du pays”

Avec l’achèvement du gazoduc Ajaokuta-Kaduna-Kano (AKK) prévu pour 2023, le gazoduc nigérian de 614 km augmentera l’approvisionnement en électricité du pays en soutenant les industries gazières le long de son parcours. “Les estimations prévoient que ce gazoduc contribuera à générer jusqu’à 3,6 GW d’électricité après son achèvement” souligne Jean-Pierre Valentini. Le projet de gazoduc est divisé en trois phases : la première, de 200 km, est destinée à relier Ajaokuta à la ville centrale d’Abuja, dans le territoire de la capitale fédérale du pays ; la deuxième, de 193 km, reliera le terminal gazier d’Abuja à celui de Kaduna ; la dernière phase, de 221 km, transportera le gaz de Kaduna à Kano.

13 milliards pour le gazoduc transsaharien

D’un coût de 13 milliards de dollars et d’une longueur de 4 128 km, le gazoduc transsaharien transportera 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an de la ville de Warri, un centre pétrolier du sud du Nigeria, à Hassi R’Mel en Algérie, une ville située à proximité de l’un des plus grands champs gaziers du monde, le champ gazier de Hassi R’Mel. Une fois achevé, le gazoduc fournira du gaz naturel aux marchés européens à partir de la côte méditerranéenne de l’Algérie, permettant ainsi à la République du Niger de contrôler ses propres réserves de gaz naturel, estimées à 34 milliards de mètres cubes.

Jean-Pierre Valentini : “Le pipeline Niger-Bénin transportera 90 000 barils/jour !”

D’une capacité nominale de 90 000 barils de pétrole par jour, l’oléoduc transfrontalier Niger-Bénin reliera le bassin du rift d’Agadem, dans le sud-est du Niger, au terminal portuaire de Seme, en République du Bénin. Avec une section de 1 275 km à travers le Niger et une section de 675 km à travers le Bénin, le pipeline de 1 980 km comportera trois stations de chauffage et trois stations de nettoyage, ce qui représente le plus grand investissement transfrontalier de la China National Petroleum Corporation.

Jean-Pierre Valentini : “Le gazoduc Nigeria-Maroc reliera Lagos à la ville portuaire de Cadix en Espagne

Avec l’étude de faisabilité pour la construction du pipeline achevée par la National Petroleum Corporation du Nigeria et l’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc en janvier 2019, le gazoduc Nigeria-Maroc reliera le gaz du Nigeria à tous les pays côtiers d’Afrique occidentale, c’est-à-dire de Lagos à la ville portuaire de Cadix en Espagne, en reliant le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée Conakry, la Guinée-Bissau, la Gambie, le Sénégal, la Mauritanie et le Maroc. “Le gazoduc de 5 660 km sera, selon l’ancien trader pétrolier Jean-Pierre Valentini,  une extension du gazoduc de l’Afrique de l’Ouest et sera réalisé en plusieurs étapes sur 25 ans, avec une date d’achèvement estimée à 2045 et un coût de 25 milliards de dollars.

Pour plus d’informations sur Jean-Pierre Valentini, cliquez ici : https://fr.motorsport.com/driver/jean-pierre-valentini/91677/

et

https://www.instagram.com/valentinijeanpierre/?hl=en

Continue Reading

Actualités

E-réputation : opportunité ou obstacle ?

Published

on

By

e-réputation

L’e-réputation d’une entreprise peut conduire au succès ou à l’échec. Il faut être constant et prudent pour avoir une image bien valorisée en ligne.

Si vous pensez qu’en ayant un site web, en créant une page de soutien sur Facebook, un compte Twitter et un blog, votre entreprise a déjà accompli la tâche d’être présente sur Internet, vous avez tort.

Pour être active, chaque action doit s’inscrire dans une stratégie étudiée qui conduira l’entreprise à atteindre ses objectifs et à maintenir une e-réputation positive.

Ce concept est né en 2008 en tant que discipline distincte de la réputation des médias traditionnels (que beaucoup ont appelé “réputation hors ligne”), capable de mesurer et de gérer la perception que les internautes ont d’une marque, d’une entreprise, d’un service ou d’une personne.

C’est une sorte d’analogie : l’e-réputation et la réputation hors ligne sont comme la santé mentale et la santé physique, bien que les deux soient très différentes, pour que tout aille bien, les deux doivent être en parfaite harmonie. Il y a des marques qui ont beaucoup de succès dans le monde hors ligne mais qui sont très mal vues par les internautes.

La réputation hors ligne est gérée par les agences de relations publiques ou les annonceurs grâce à leur influence dans les médias traditionnels (presse, radio, télévision), où l’entreprise a le contrôle total de ce qu’elle veut transmettre et, en général, il n’y a pas d’interaction avec les utilisateurs.

En revanche, la réputation d’une marque sur l’internet a acquis ses propres règles du jeu. 

Sur le web, cette réputation se construit petit à petit au fil des interactions avec les consommateurs ou les clients potentiels. Elle est façonnée par les opinions, les recommandations et le partage d’informations.

L’e-réputation a deux territoires sur lesquels elle peut jouer ses cartes : les moteurs de recherche, où ce qui compte, c’est que les utilisateurs trouvent l’entreprise dans les premières positions des résultats lorsqu’ils effectuent des recherches dans des moteurs tels que Google en rapport avec le travail de l’entreprise. Un deuxième domaine de concurrence est celui des réseaux sociaux, où le plus important est la quantité et la qualité de l’interaction que l’organisation entretient avec les utilisateurs.

Dans les deux cas, la réputation se forme sur la base des réponses générées par les internautes aux actions mises en œuvre par l’entreprise dans l’un ou l’autre domaine : dans le premier, on attend du positionnement, de la reconnaissance, l’attraction de nouveaux adeptes, clients, supporters ou amis, et l’atteinte d’un plus grand nombre de personnes. Dans les réseaux sociaux, en revanche, on attend de la cohésion, de la loyauté, de l’enthousiasme et de la passion pour la marque.

Un mauvais résultat dans l’un ou l’autre de ces domaines pourrait générer exactement le contraire de ce que l’on attend. C’est pourquoi il est si important et stratégique de faire un bon travail de gestion d’e-réputation.

Ne laissez pas votre e-réputation entre de mauvaises mains !

L’image sur Internet est une question délicate, notamment en raison de la rapidité avec laquelle les messages sont diffusés dans le monde entier, car il n’y a pas de frontières géographiques sur la toile, pas de bureaucratie pour arrêter un commentaire, une protestation ou une demande massive.

Les mauvais coups comme les bonnes actions deviennent viraux en quelques minutes et l’influence que ce message a sur les personnes qui le reçoivent est incalculable, pour le meilleur ou pour le pire.

À ce stade, vous pouvez penser que la présence sur Internet est une arme à double tranchant, et c’est vrai, mais en même temps, de nombreuses entreprises ont montré qu’il est possible de faire un bon travail de renforcement d’image grâce aux réseaux sociaux.

C’est pourquoi la conception et la mise en œuvre d’une stratégie d’e-réputation exigent bien plus que d’être un geek passionné. Il s’agit d’une tâche qui doit être menée à bien par de véritables professionnels du domaine.

Il doit s’agir d’une personne formée, capable de gérer les situations de crise de la bonne manière. La plupart des interactions se font par écrit, c’est pourquoi ce poste doit être occupé par une personne qui écrit bien, qui a des compétences en relations publiques et en marketing, qui a une connaissance approfondie du fonctionnement d’Internet et des réseaux sociaux, qui est constamment informée de l’actualité et qui a un sixième sens pour distinguer les interactions spontanées des interactions malveillantes.

En conclusion, il y aura toujours une personne qui devra faire face aux situations de crise, et si cette personne n’a pas les capacités suffisantes, elle devra demander de l’aide à la direction, la réponse sera beaucoup plus longue à donner et le problème pourrait prendre des dimensions plus importantes.

Être bon dans la vie réelle et virtuelle

L’e-réputation est sans aucun doute façonnée par les expériences, positives ou négatives, des utilisateurs dans la vie hors ligne, dans leur relation (virtuelle et réelle) avec leurs connaissances. Par conséquent, bien que les clients aient la capacité d’améliorer ou de nuire à votre image, c’est vous qui avez le pouvoir de transformer chaque interaction avec eux en une occasion d’améliorer votre réputation.

Sur internet, ce qui compte c’est de ne jamais décevoir ses clients.

Si vous avez besoin d’aide en matière d’e-réputation, n’hésitez pas à contacter Laudans.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.